Humour et dérision à tous les étages. Maison fondée au siècle dernier.

VERS LE BAS DE LA PAGE
V
R
A
C

Ce texte a été jugé : Excellent

Noël en Macronie

LilasPoint - 07 Dec 2017

En ce jeudi 7 décembre 2017, comme chaque année et quasiment à cette même date, se réveillent en moi des envies louches, dégoûtantes même pour certains : saumon fumé, foie gras, huîtres, attirance incompréhensible pour le doré, l’argenté, les paillettes, les parfums … Précis comme une montre suisse, mon cerveau reptilien (ou mon hippocampe, je ne sais plus) fait subitement tinter avec force et insistance sa sonnette, pour m’informer que « les fêêtes », c’est bientôt. Ah, se remplir les yeux de lumières, voir des santons, des patineurs emmitouflés, des Père-Noël même pas crédibles, de l’artisanat d’art, humer les odeurs de pain d’épice, sentir le sapin !

Bref, tout ça pour vous dire que me voici prise d’une envie subite d’aller arpenter le marché de Noël. Mais l’épopée commence mal : garer sa voiture vers le centre-ville relève de l’impossible, une rue éventrée restant en travaux –et en souffrance- depuis plusieurs semaines bloque l’accès habituel. Qu’importe, j’irai à pied, même si la vision de ce trou dans le sol évoque un largage de missiles de guerre, ce qui écorne déjà un peu l’idée réjouissante du petit paradis que j’étais venue voir. Mais voilà qu’un agent municipal m’arrête juste devant l’entrée du village de Noël : il est 18 heures, le marché est fermé, revenez demain matin. Toute déconfite, je longe le dos des cabanes en bois, en jetant un regard entre deux murs sur les fontaines de chocolat chaud qui ne coulent plus et sur la patinoire vide, qui de surcroit semble fondre tellement elle est moins blanche que blanc (elle est marron clair, quoi). Je longe les barrières de la forêt de sapins qui ne sentent pas. J’ai beau respirer à plein nez, je finis par me dire que ce sont sans doute d’inodores pins Douglas, et pas des épicéas. Qu’importe : je vais faire du lèche-vitrine sous les belles enluminures colorées. J’avais oublié que les communes doivent impérativement faire des économies ; c’est louable et nécessaire d’éviter tout gaspillage, oui, mais je suis un brin déçue pas les rivières de LED à l’éclat faiblard, qui illuminent à peine plus loin que les attaches où elles sont suspendues. Qu’importe, il reste les magasins. Mais… mais… c’est quoi tous ces panneaux scellés sur les devantures ? Eh bien, c’étaient des petites boutiques, qui ont de toute évidence mis la clé sous la porte. L’hécatombe. Une sur deux environ est désormais fermée, il ne reste plus que quelques commerces de luxe autour des hôtels. La guerre économique après le largage d’obus.

De deux choses l’une : soit c’est moi qui suis manifestement beaucoup trop vieille, soit la magie de Noël n’est plus ce qu’elle était.


PRECEDENT -



_______________________________________________
bonbonze a écrit:
Mais non, entre d'Ormesson et Johnny, ça sent vraiment le sapin...
_______________________________________________
charlesattend a écrit:
Et eux aussi vont aller habiter dans un trou
_______________________________________________
LilasPoint a écrit:
Merci ! Je n'en attendais pas moins de vous...



AJOUTER UN COMMENTAIRE
Votre message sera modéré avant sa mise en ligne

PSEUDO



Recopier les chiffres figurants ci dessus:

Smileys


Vous avez aimé ?: 2 vote(s)
VERS LE HAUT DE LA PAGE


Tri sélectif
Tri alphabétique
Tri par notoriété
- Afficher tout

- Noël en Macronie
- Serge Desproges
- Arachnide 🕷
- Les revues féminines au printemps
- Salon de "Coiffure"
- Le retour inattendu des étés ensoleillés !
- L'Aiguillon-sur-Mer (85)
- Les phrases de plus de 30 mots
- Berthe à l'hôpital
- Le casting
- La mode me casse les pieds
- Police municipale
- Perles de l’Aoûtien du 15
- L'histoire qui fait dormir
- Le Vendéen
- Porc Salut
- Perles d'Accueil II
- Perles d'Accueil
- Prête à tout
- Le parler tarnais
- lettre à L'Agence France Presse
- Poème naïf par Paul Adam (1862-1920)
- Première classe
- Anglicisme est bon pour vous
- La Logique ou la Mort ?
- Les dernières vacances de Séraphin Boursicot (suite ,mais pas fin)
- La semaine de stage
- C D I . . . ben M…. *, alors !
- Meilleurs vœux de Santé, Bonheur et Prospérité
- La nuit de... Noël de… La Mère Noël
- Les dernières vacances de Séraphin Boursico
- Nouveau test
- Mambo Sapenche
- Rasta et Mémé Speed Beer
- Mise à jour ( (1) /06/12/13 )
- Une grotte en profondeur
- Message pénurie pétrole
- Les justiciers milliardaires
- La véritable histoire vraie du grille-pain de sureté
- Sos Frustration.
- Toro de Fuego et autres traditions.
- Habille ton prof.
- Y'A Pas De Justice !
- Nocturne – Festival d’Avignon.
- Pigeon vole
- Petites canailles.
- La nouvelle chef
- Méli-mélo ou la confusion des sentiments.
- Paul emploi.
- En formation, tous !!

VERS LE HAUT DE LA PAGE


article lu 77 fois.