Merci de votre visite. Ici, tout est gratuit, vu qu'il n'y a rien à vendre.

VERS LE BAS DE LA PAGE
V
R
A
C

Ce texte n'a pas été noté.

Une grotte en profondeur

HeanolastMabludy-daink - 30 Nov 2013

J'étais dans un car qui nous emmenait quelque part. C'était en sorti, en primaire, j'étai en CE1, j'avais 6 ans et demi. L'année où j'avais découvert ce qu'était les "gendarmes", les punaises rouges. Cet insecte noir et rouge où l'on jouait avec, dont les fourmis, quand nous étions môme.

Cette sortit se passait dans une immense grotte. C'était comme une sorte de musée préhistorique, même plus vieux. Il y avait des squelettes de dinosaure et d'Homme encastrés dans les murs recouvert d'une plaque de verre épaisse. Il y avait des stalactites sur les plafonds qui laissaient tomber des goutes d'eau geler. À certains endroits on y trouvait de l'eau de 10cm de profondeur et des trous de 5cm. Des techniciens y avaient insérés des lumières un peu partout pour avoir une meilleur vue. Autant dire que c'était très dangereux.
Au bout de quelques heures de visite, nous entrions dans l'endroit le plus vaste et dangereux de la grotte. Comment dirais-je ? C'était, pour ma vue d'enfant, légèrement plus grand que la salle principale de l'Opéra de la Bastille. Il y avait deux côtés séparer d'un pont d'environ 100m avec un panneau marqué : "Accès interdit". Le pont, je le qualifiais comme dans ceux des films : vieux, cassé, fragile, pas très sécuriser. Il y avait juste deux cordes pour la sécuriter. Il manquait quelque planche. Sous ce pont, environ 2 à 3 étages de profondeur, il y avait le sol dont des squelettes probablement faux, enfermer derrière des vitres sous le sol.
La maîtresse et le guide nous fit signe des les suivre sur le côté gauche près du mur pour éviter de tomber. Quand soudain, l'un des élèves de ma classe, Anthony, coura sur le pont, en chantonnant :
≪Des p´tits ponts, des p´tits ponts, encore des p´tits ponts ! ≫
L'un des parents accompagnateur le suivi lui disant de s'arrêter par urgence. Tout le monde craignait le pire. La tension était forte. La mère qui le suivait réussi à l'attrapper par le bras.

Puis il y avait moi. Au lieu de rester groupé, j'ai rejoins le danger. Je me disais qu'il n'allait jamais cassé, que si on emmenait de enfants ici c'était pour s'amuser... Tout à coup mon pied se fit piéger entre deux planches. Le pont bougeait brutalement. J'avais mal é la cheville. Je vis au loin Anthony et un parent de l'autre côté, l'élève faisait des gestes d'adieu où il me semble que son sourire était présent, fier de lui. À l'opposé, la classe bouche-bée et les adultes leur disant de reculer. J'avais vraiment l'impression que personne ne m'avait vu. Je ne disais aucun mot comme je l'avais toujours fait depuis mes 11 ans. J'étais consentré sur ma chaussure essayant au moins de l'enlever quand... La lumière s'eteignit. Comme le plus grand des hasards, le pont se retourna sur lui même. Ce qui fait que ma tête se retrouvait à la place des mes pieds à 15 à 20m du sol. Le noir, aussi sombre que les ténèbres envahissat la "pièce". L'obscurité absolue. La maîtresse cria :
≪Ne bougez pas ! Surtout pas !≫
Les petites voix de mes camarades en panique s'entendaient. Quant à moi, au milieu de rien, essayait de me tenir à quelque chose sans vraisment paniquer. En y repensant, le sentiment que j'avais à cette instant était, il me semble, plutôt positif. De la joie. Heureuse de faire quelque chose que personne ne vois, que personne ne doute. Je n'avais pas de peur sur le cœur, mais de la douleur ; le sang qui montait à la tête.
Après quelques secondes, on entendit vers l'entrée, un bruit. Un bruit légèremznt augu, niai. Puis la lumière se ralluma. À mes yeux : un père qui avait éteint la lumière et après avoir été frapper par un autre, la ralluma. Le silence fut l'une des ambiances principales dans les secondes qui suivaient. J'etais toujours en train d'essayer, de recommencer. La maîtresse décida de compter les élèves sans faire de commentaire sur ce qu'il venait de se passer. Elle avait surment dû passer à côté de la crise cardiaque. Elle en déclara un absent. Ils disaient tous : "C'est Anthony." Non. Elle disait que non. Commençant à me sentir conserner j'ai crier, d'une voix neutre :
≪Au-secours !≫
Ils m'ont chercher. Et c'est en voyant une chaussure rose au milieu des planches marrons retourner qu'ils m'ont vu.

Par contre je ne me souviens pas vraiment du comment ils m'avaient sortit de là. Si je ne me trompe pas, des gens qui y travaillaient sont arrivés pour détacher le pont, sans appeller les pompiers.
Tout le monde avait paniqué pour Anthony, la lumière... Mais je me demande ce qui se serait passer si je n'avais rien dit. Et si je ne portait pas chaussure rose (moche). Et si le pont ne s'était pas retourner. Et si...
En tout cas, tout c'était bien fini. Plusieurs avaient glisser pour ensuite tomber dans les quelques centimètres d'eau mais se fut tout.

Je me souviens que dans le car, au retour, à la fenêtre, j'avais un "gendarme" dans la main.


Je ne me souviens pas du lieu exacte. J'aurais pu frollé la mort. Mais quand on est petit, on est souvent con.

PRECEDENT - SUIVANT



_______________________________________________
bonbonze a écrit:
Pas mal écrit. J'aime bien.
_______________________________________________
charlesattend a écrit:
Un détail : tu avais 6 ans et demi, et tu ne disais aucun mot comme tu l'avais toujours fait depuis tes 11 ans : tu es dans le même espace temps que nous ? Sinon, tu n pouvais pas tomber vers le bas, mais bien vers le haut !
Si si...
_______________________________________________
Cornegidouille a écrit:
Toi, tu as dû apprendre à lire dans les années ... Heu, allez.... 78- 80 ?
_______________________________________________
HeanolastMabludy-daink a écrit:
@Charlattend
Je savais parlé mais j'etais une tombe. Timide en puissance si tu veux.

@Cornegouille
Moi pas être née à cette époque. (^_^) moi : 98

_______________________________________________
HeanolastMabludy-daink a écrit:
Désolé pour les fautes des noms !
_______________________________________________
Cornegidouille a écrit:
AHAHAHAHAHAH , alors c'est normal ........ Tu as même une assez bonne orthographe pour ton âge , il y a même des mots qui n'ont pas de faute ....
_______________________________________________
bonbonze a écrit:
Tsss... On encourage les nouveaux qui viennent écrire, on les casse pas...
_______________________________________________
charlesattend a écrit:
Cornegouille c'est pas mal...j'aurais utilisé un autre "c" à la place de ce "g" qui n'est pas au point, mais c'est bien ...
_______________________________________________
Cornegidouille a écrit:
Ben quoi, j'ai dit que des choses gentilles ! Aujourd'hui j'ai eu un "projet de vie" où il était écrit : " je souette continué ma formation d'enseignant " et bien moi je dis c'est courageux , j'adhère à ton projet mon gars !
_______________________________________________
bonbonze a écrit:
C'était pas plutôt "ma formation en saignant
_______________________________________________
charlesattend a écrit:
Bonjour, c'est moi l'prof de français qu'on a causé à madame.



AJOUTER UN COMMENTAIRE
Votre message sera modéré avant sa mise en ligne

PSEUDO



Recopier les chiffres figurants ci dessus:

Smileys


Vous avez aimé ?: 0 vote(s)
VERS LE HAUT DE LA PAGE


Tri sélectif
Tri alphabétique
Tri par notoriété
- Afficher tout

- Serge Desproges
- Arachnide 🕷
- Les revues féminines au printemps
- Salon de "Coiffure"
- Le retour inattendu des étés ensoleillés !
- L'Aiguillon-sur-Mer (85)
- Les phrases de plus de 30 mots
- Berthe à l'hôpital
- Le casting
- La mode me casse les pieds
- Police municipale
- Perles de l’Aoûtien du 15
- L'histoire qui fait dormir
- Le Vendéen
- Porc Salut
- Perles d'Accueil II
- Perles d'Accueil
- Prête à tout
- Le parler tarnais
- lettre à L'Agence France Presse
- Poème naïf par Paul Adam (1862-1920)
- Première classe
- Anglicisme est bon pour vous
- La Logique ou la Mort ?
- Les dernières vacances de Séraphin Boursicot (suite ,mais pas fin)
- La semaine de stage
- C D I . . . ben M…. *, alors !
- Meilleurs vœux de Santé, Bonheur et Prospérité
- La nuit de... Noël de… La Mère Noël
- Les dernières vacances de Séraphin Boursico
- Nouveau test
- Mambo Sapenche
- Rasta et Mémé Speed Beer
- Mise à jour ( (1) /06/12/13 )
- Une grotte en profondeur
- Message pénurie pétrole
- Les justiciers milliardaires
- La véritable histoire vraie du grille-pain de sureté
- Sos Frustration.
- Toro de Fuego et autres traditions.
- Habille ton prof.
- Y'A Pas De Justice !
- Nocturne – Festival d’Avignon.
- Pigeon vole
- Petites canailles.
- La nouvelle chef
- Méli-mélo ou la confusion des sentiments.
- Paul emploi.
- En formation, tous !!
- À la fin de l'an

VERS LE HAUT DE LA PAGE


article lu 2150 fois.