Non, vous ne rêvez pas, ce site n'a pas la moindre trace de pub. La pub n'est pas une fatalité, juste un choix.

VERS LE BAS DE LA PAGE
O
N
I
R
I
Q
U
E

Le syndrome de Stockholm
La député-maire du cru, Mathilde Ereuvenu, fut enlevée par Le Front Révolutionnaire d'Occitanie Castriste en 2001, l'affaire fit grand bruit à l'époque. Le ministre de l'Intérieur pérora à de nombreuses reprises, à la télévision et dans les journaux, pour fustiger ces bandes d'intégristes autonomistes qu'il appela même des "Culs terreux d'autonomistes".

C'est directement dans sa mairie, que les membres du commando débarquèrent, mitraillettes aux poings pour enlever la ravissante édile, qu'ils attachèrent et masquèrent avant de la faire monter dans leur fourgonnette et de disparaître dans la nature. L'enlèvement n'avait pas pris plus de cinq minutes, montre en main.

Pour sa libération, le F.R.O.C. réclamait la mise en liberté de leur camarade Héphaïstos Lambert, dit "Le clou" leur leader historique, pris dans banal contrôle de police quelques semaines plus tôt. Il faut dire que, lors du contrôle, il était passablement ivre et avait tiré sur les pandores ne réussissant qu'a crever le pneu avant de son propre véhicule, ce qui avait considérablement ralenti sa tentative de fuite.

Une cassette fut envoyée aux télévisions ou l'on voyait Mathilde, superbe malgré ses vêtements froissés, implorer le gouvernement de relâcher Lambert.

Le gouvernement refusa de céder aux exigences des ravisseurs.
Malgré le déclenchement du plan balbuzard, puis du plan gypaète, rapidement remplacé par le plan chouette, plus facile à prononcer et tout autant rapace, Mathilde Ereuvenu resta introuvable. Les membres du F.R.O.C. s'étaient évanouis dans le causse et personne ne pouvait donner la moindre indication sur un lieu de détention présumé.
Les appels à la délation ne donnèrent rien. Les écoutes téléphoniques non plus.

Le temps passa. Seul un collectif venait régulièrement rappeler aux médias, le triste sort de Mathilde.
Deux fois encore, une cassette parvint aux télés qui en profitèrent pour faire une enquête superficielle entrelardée de publicités décérébrantes.

C'est par un pur hasard que le sergent chef Duconnot tomba sur Mathilde. Il allait chercher des alcools forts pour se finir avec ses collègues lorsqu'il la vit sortir de l'épicerie. Il avait tant travaillé sur l'affaire qu'il connaissait son visage par coeur, il avait surtout tellement fantasmé sur cette jolie femme et passé tant d'heure à s'astiquer devant sa photo qu'il n'aurait pas pu la rater. Elle semblait seule et portait un foulard sur la tête.

Il aurait du retourner à la gendarmerie pour alerter ses collègues, mais il avait déjà laissé ceux-ci à moitié ivre mort et il voulait aussi être le seul sauveur.

Il suivit donc Mathilde de loin à travers les bois et les champs. Elle finit par garer sa Clio devant une maisonnette isolée à l'orée de la forêt.

Lui même se rangea dans un chemin forestier et progressa en rampant vers la maison.

Il fit voler la porte d'un coup de pied et pénétra l'arme au poing dans la bâtisse.

Il y avait là Mathilde, en train de cuisiner et deux hommes assis à table. Il reconnu le frère Lambert qui était activement recherché par Interpal pour vol de Pol à moins que ce ne fut le contraire.
"Mains en l'air !" hurla Duconnot. "Mathilde venez derrière moi, je viens vous sauver !".

Les deux hommes levèrent tranquillement les mains.
Mathilde passa derrière lui.

Le sergent chef Duconnot se voyait déjà en héros et passant à la télévision quand la poêle en fonte que tenait fermement Mathilde, syndrome de Stockholm aidant, lui heurta l'arrière du crâne.

"Chérie" dit le frère Lambert, "Je crois qu'on te cherche toujours !".

On ne retrouva jamais le sergent chef Duconnot. On recherche toujours vaguement Mathilde Ereuvenu.
Le F.R.O.C. est toujours dans la nature.


PRECEDENT - SUIVANT



_______________________________________________
Minouche a écrit:
Crois tu que Madame Bétancourt à une poele à frire en Colombie
_______________________________________________
bonbonze a écrit:
Une poêle à Tapas peut-être...
_______________________________________________
pipelette a écrit:
Mathilde, à poêle !... A poêle !...
_______________________________________________
charlesattend a écrit:
Ingrid Bettancourt a demandé un menu Wasa de chez Ikea : faut il s'inquieter d'un éventuel syndrôme de Stockholm ? ou bien en a- t-elle seulement marre des burritos y chili con carne ?

Nicolas, please, dis seulement une parole et elle sera guérie...euh..non, là je crois que je mélange 2 choses.



AJOUTER UN COMMENTAIRE
Votre message sera modéré avant sa mise en ligne

PSEUDO



Recopier les chiffres figurants ci dessus:

Smileys
VERS LE HAUT DE LA PAGE


Tri sélectif
Tri alphabétique
Tri par notoriété
- Afficher tout

- Histoire courte (5)
- Acte de contrition.
- Elmuth
- Les dangers des antennes relais.
- Le vieux chêne.
- Témoignage
- La belle
- La nativité
- Arnaque au poker
- Saint Michel et le dragon
- Face book
- Histoire courte (4)
- Histoire courte (3)
- Contamination massive.
- Histoire très courte.
- Korrigans & Co
- La sorcière du fond du vallon
- Le roi Carabe
- Nouvelle histoire courte et morale.
- Histoire capilotracté mais néanmoins morale.
- Histoire courte (2)
- La vieille légende
- Le cloître de Saint Palsimpeste
- La légende du pont du diable
- Les experts - Ploumazout.
- Le syndrome de Stockholm
- La belle au bois dormant
- L'édifiante histoire du "Nebucadnezzar"
- L'ampoule
- La fée Lusine
- Thimphou express
- Heroes
- Morto
- Le port de Lhassa
- Histoire courte
- 24H00 Chrono.
- Les aventures du Prince Charmant
- Vision d'avenir
- Lambert
- Topinambours
- Arlequin Deg 2
- Arlequin deg.
- Le théorème du singe
- Tonnerre de Zeus
- Conte médiéval
- Champion du monde
- Putain de guerre
- Détention arbitraire
- L'année de la canicule
- La véritable histoire d'Obi Wan Kenobi

VERS LE HAUT DE LA PAGE


article lu 5301 fois.