Merci de votre visite. Ici, tout est gratuit, vu qu'il n'y a rien à vendre.

VERS LE BAS DE LA PAGE
O
N
I
R
I
Q
U
E

Arlequin deg.
Pour suivre les péripéties de Karina dans la fabuleuse saga de sa vie, aux Editions Arlequin Deg. (initiées par Nacha):

- Chapitre 2 - Où la passion étreint Karina comme seul un homme sait le faire, par Nacha.
- Chapitre 17 - Où la passion n’empêche pas les malentendus tragiques, par Louise Lazzy
- Chapitre 23 - Où la passion est la plus forte, par Ataraxie
- Chapitre 24 - Consolation champêtre, par Life Burner
- Chapitre 24bis - Où la passion est aussi grande que celle d’Omar Sharif pour le Tiercé, par Joseph Pujol
- Chapitre 34 - Où la passion vacille comme la flamme d’une bougie dans le vent, par Chypor
- Chapitre cinquante-douze : Où la passion reprendra bien un peu de taboulé-poulet, par DesMurmures
- Chapitre 74 - Où la passion prend le vent par la voile arrière, par Marie
- Chapitre 76 - Où la passion enfle comme un corn-flakes dans le lait, par Ellea



Chapitre 76-ter alinéa 2 : Où la passion fait une pose

L'adresse que lui avait laissé le privé était celle d'une gargote infâme, sise dans les faubourgs de Trouville, ville dont le nom lui-même, évoquait le peu de d'intérêt que les estivants pouvaient y trouver.

Karina pénétra dans ce sombre bouge aux relents de vinasses et fut accueillit par une douzaine d'yeux autant chassieux que concupiscents. Réprimant ses hauts le cœur que les odeurs d'aisselles malpropres et d'alcool frelaté faisaient monter en elle, elle se dirigea, hiératique, vers le tavernier, qui hasard de la vie, elle l'apprit plus tard, se prénommait Bertrand.

Bertrand était obèse, obésité sans doute du à la forte consanguinité qui régnait en cette région associée à sa consommation d'alcool, mal que son métier rendait nécessaire. Ses traits bouffis cachaient ses petits yeux porcins qui déshabillait sans vergogne Karina. Elle se sentait outragée par ce seul regard.

- Qu'est ce que je peux faire pour une dame comme vous ? Lui demanda-t-il non sans sous-entendus salaces, accompagnant sa question d'un clin d’œil difficilement perceptible tant la fente de ses yeux était d'origine si mince.

- Je cherche un médecin, le docteur Jean-Foutre, qui m'a-t-on dit, réside en ces lieux.

Bertrand fourragea dans son pantalon, histoire de vérifier que le compte était toujours bon.
- Ah ! oui, le toubib...

Deux pochetrons, avinés s'étaient levés et approchaient du comptoir. Karina commençait à se demander si sa vertu, tout au moins ce qu'il en restait, n'était pas en danger parmi ce tas de gueux. L'épisode du Bassin d'Arcachon, lui avait laissé des séquelles profondes et elle avait encore un peu de mal à marcher.

- Chambre 12, madame...
Karina se précipita vers l'escalier avant que l'un des pochetrons ne puisse l'attraper par le bras. Entraîné par son élan, celui-ci perdit l'équilibre et alla s'effondrer, après une brève mais esthétique courbe parabolique, sur la table de deux autres poivrots, renversant leurs verres, ce qui lui valu une volée de horions, gnons et insultes en tout genre. Cet intermède faisant oublier momentanément les idées de luxure qui avaient germé dans les cerveaux frustres de ces piliers de comptoir.

Arrivée sur le palier, craquant comme seul saurait le faire un parquet en bois d'une ville balnéaire, Karina poussa la porte de la chambre 12 pour y trouver son Jean-Foutre alité, ensanglanté et mal en point.

Elle se précipita vers lui.
- Que t'es-t-il arrivé mon amour, lui demanda-t-elle ?
Ouvrant difficilement ses lèvres tuméfiées, il lui expliqua que la crémière avait modérément apprécié qu'il ne se contente que de lui arroser le gazon et qu’ivre de colère et de frustration, elle l'avait proprement baratté, et avait failli l'émasculer, ne devant sa sauvegarde qu'à la petitesse de ses attributs qu'elle avait confondus avec un poil.

Prenant sont bel amant sous son bras, Karina entraîna Jean-Foutre hors de la taverne, et rentra vers Paris pour soigner ses blessures, celles d'amour propre étant moins superficielles que celles de son corps.

La suite...

PRECEDENT - SUIVANT



_______________________________________________
nacha a écrit:
Ciel, quel suspens !
J'espère que nous aurons une suite...
_______________________________________________
bonbonze a écrit:
Je l'espère aussi
_______________________________________________
Ellea a écrit:
;-) pauvre tit Jean-Jürg... en tout cas, ils voient du pays !
_______________________________________________
bonbonze a écrit:
Les pays étrangers, ce sera pour le second tome, peut-être. J'aurais bien placé Karina but Kodozor, mais ce patronyme ne faisait pas très Normand
_______________________________________________
Ataraxie a écrit:
Ahaha ! Je sens que l'Académie Française se rapproche !
_______________________________________________
bonbonze a écrit:
Restons modeste, contentons nous d'un petit succès littéraire, genre Da Vinci Code (Ce sera toujours mieux écrit (c'est pas dur) et aussi intéressant )
_______________________________________________
Joseph Pujol a écrit:
Le tavernier me fait beaucoup penser à Jean-Claude Dreyfus dans Delicatessen...




_______________________________________________
bonbonze a écrit:
Là normalement y a une image
_______________________________________________
nacha a écrit:
irf !
_______________________________________________
Life Burner a écrit:
Well done mister ! C gore, c gras...ça se mange sans fin !
En ce qui me concerne je qualifierai ce chapitre d'anthologie ! Il me rappelle la scène atroce d'Austin Powers dans "l'espion qui m'a tiré"... Quand Felicity Bonnebaise se tappe Gras Double pour les besoin de sa mission (introduire un émetteur made in NASA dans le fondement du goret) ! God save the Queen ! c qd même bô le patriotisme ...!
_______________________________________________
bonbonze a écrit:
Bon, j'aurais sans doute préféré que ce texte rappella cosette dans les misérables, mais sans doute a t'on les évocations (de l'édit de Nantes) qu'on inspire ...
_______________________________________________
Life Burner a écrit:
Oups ! Ttes mes confuses Bonbonze ! J'ai confondu avec le Chapitre à Chypo'R... Passionné par ttes ces suites, j'ai ouvert tant de fenêtre sur l'ordi de mon bureau que je me suis enmêlé les pinceaux...
Ton chapitre est effectivement plus romancé et digne d'un grand thriller policier !
_______________________________________________
bonbonze a écrit:
Pas de problème, la suite est plus gore



AJOUTER UN COMMENTAIRE
Votre message sera modéré avant sa mise en ligne

PSEUDO



Recopier les chiffres figurants ci dessus:

Smileys
VERS LE HAUT DE LA PAGE


Tri sélectif
Tri alphabétique
Tri par notoriété
- Afficher tout

- Histoire courte (5)
- Acte de contrition.
- Elmuth
- Les dangers des antennes relais.
- Le vieux chêne.
- Témoignage
- La belle
- La nativité
- Arnaque au poker
- Saint Michel et le dragon
- Face book
- Histoire courte (4)
- Histoire courte (3)
- Contamination massive.
- Histoire très courte.
- Korrigans & Co
- La sorcière du fond du vallon
- Le roi Carabe
- Nouvelle histoire courte et morale.
- Histoire capilotracté mais néanmoins morale.
- Histoire courte (2)
- La vieille légende
- Le cloître de Saint Palsimpeste
- La légende du pont du diable
- Les experts - Ploumazout.
- Le syndrome de Stockholm
- La belle au bois dormant
- L'édifiante histoire du "Nebucadnezzar"
- L'ampoule
- La fée Lusine
- Thimphou express
- Heroes
- Morto
- Le port de Lhassa
- Histoire courte
- 24H00 Chrono.
- Les aventures du Prince Charmant
- Vision d'avenir
- Lambert
- Topinambours
- Arlequin Deg 2
- Arlequin deg.
- Le théorème du singe
- Tonnerre de Zeus
- Conte médiéval
- Champion du monde
- Putain de guerre
- Détention arbitraire
- L'année de la canicule
- La véritable histoire d'Obi Wan Kenobi

VERS LE HAUT DE LA PAGE


article lu 7216 fois.