Non, vous ne rêvez pas, ce site n'a pas la moindre trace de pub. La pub n'est pas une fatalité, juste un choix.

VERS LE BAS DE LA PAGE
O
B
S
E
D
E
-
T
E
X
T
U
E
L

Qui est l’obsédé textuel ? Elles rêvent toutes de Lui !
La première partie de ce texte (sans additif ni conservateur et avec juste quelques traces d’OGM de travailliste) est la présentation du « Bachelor » cuvée 2004.
Vous verrez donc que l’obsédé textuel n’a rien à envier aux minets sponsorisés des petites chaînes qui montent, chéri(e), ni même à Bernard.
-----------------
Extrait tiré (oh, oui !) du site :
http://bachelor.m6.fr/html/emissions/bachelor2/lui/index.shtml

STEVEN : UN FRANÇAIS A NEW YORK
Notre Bachelor a tout pour plaire. Lui, c'est Steven. Il est beau, blond aux yeux verts avec un visage d'ange. Il est intelligent et drôle, il vit à New York où il manage deux des restaurants français les plus réputés de la ville… Il a tout du prince charmant moderne.
Malgré un carnet d'adresses épais comme un bottin mondain, Steven n'a toujours pas trouvé l'âme sœur. Habitué à ne pas mélanger boulot et sentiments, il n'a pas profité de sa situation pour rencontrer la femme de sa vie. D'ailleurs, il est absolument convaincu qu'il ne la trouvera pas à New York, les Américaines sont un peu trop superficielles à son goût.
Direction la France, donc. Et Steven est motivé !
-----------------
RÉGIS : UN FAN DE « LES NULS » À LEAMTHONG
Notre obsédé textuel n’a vraiment rien pour plaire. Lui, c'est Régis. Il est moche, con et vicieux avec un visage plutôt moins rubis que rubicond. Il est bête et triste, il fait construire sa bicoque dans un bled paumé de Thaïlande à quelques dizaines de kilomètres de la frontière avec le Laos, et là, il n’en rame pas une mais reste l’étranger le plus apprécié du patelin (forcément, c’est le seul !)… Il a tout du connard rétrograde.
Malgré un carnet d'adresses épais comme un sandwich SNCF (merci Renaud !), Régis a quand même réussi à trouver l'âme sœur incestueuse (on n’est pas à l’abri d’un coup de bol !).
Habitué à bien mélanger boulot et bouleau, il a déjà profité de sa situation pour faire croire qu’il avait du "charme" à celle qui est devenue la femme de sa vie (enfin, ce qu’il en reste et pour le temps qu’elle le supportera !). D'ailleurs, il est absolument convaincu qu'il ne l’aurait pas trouvée à New York, les Américaines sont un peu trop rangées dans des cases pour correspondre à une réalité tangible (eh, oui, quand on généralise, on dit une connerie !).Direction nulle part, donc ! Et Régis aussi il aime bien Zebda !



PRECEDENT - SUIVANT



_______________________________________________
obsede-textuel à écrit:
« quand on généralise, on dit une connerie » : en général, quoi !
_______________________________________________
metaleureuse à écrit:
inteligente et belle fifille ke je sui.g trouve sa exellen ts ces jeu de mot c super

_______________________________________________
obsede-textuel à écrit:
C'est gentil, merci !
Combien je te dois ?
_______________________________________________
mimiShell à écrit:
ça vient ...
_______________________________________________
cremy a écrit:
un coup de brosse n'a jamais gaté un chapeau


Commentaires fermés
VERS LE HAUT DE LA PAGE


Tri sélectif
Tri alphabétique
Tri par notoriété
- Afficher tout

- Histoire de l'Art (et même du cochon) revisitée : « Nom d'une pipe ! »
- Actualités (31 mai 2006) : « Un jour mon prince viendra… »
- Annie : mâle étrange...
- Phénomène pas très normal
- Germaine (bécassine, mais c'est pas ma cousine !)
- Avec le taon...
- Vous en voulez toujours plus ? (le portrait chie noix de l’Obsédé Textuel)
- Si t’as pas l’or, t’auras le droit à la bâche !
- Délinquance statistique !
- Privé de désert !
- Qui est l’obsédé textuel ? Elles rêvent toutes de Lui !
- Détournement de mineurs : les nains et les gueules noires protestent !

VERS LE HAUT DE LA PAGE


article lu 8836 fois.