хороший бонза из мягкой карамели!!

VERS LE BAS DE LA PAGE
L
E
E
L
A

Démo des maux de Meaux
Joli corps musclé qui jouait avec la vague
Que n'irai-je point tâter vos aimables attributs
Sous vous comme j'aimerai délasser mon corsage
Avec vous je veux croquer le fruit défendu

Sur votre corps musclé, bronzé, plein de feu
Que n'aimerai-je pas atteindre le septième ciel
Le corps soumis aux souhaits de vos si jolis yeux
Je veux voir le feu au fond de vos prunelles

Servez vous de mon corps comme d'un instrument
Faites sonner chaque accord, rendez le vibrant
Rendez moi éperdue, rendez moi implorante
Puis apaisez enfin ma soif dévorante

Mais vous vous approchez ? aurai-je la berlue
Ou c'est donc bien vers moi que votre main salue ?
J'ai le cœur qui palpite, je tremble d'émotion
Mon rêve est si présent que j'en ai des frissons

Une sourire s'éclaire sur ce visage d'ange
Vous êtes si beau que je me sens étrange
Vous voilà si près que je sens votre parfum
Sur vos muscles dessinés aimeraient courir mes mains

Soudain, je réalise que je suis toute rouge
Des désirs obscènes que vous avez provoqués
Il faut que je me cache je me sens vraiment gourde
D'avoir ainsi laissé mes pensées gambader

Mais vous vous approchez et me tenant la main
Vous me faites retourner et me pelotez un sein
Aussitôt ma main a tôt fait de réagir
Et sur la joue hâlée je la vois s'aplatir

Ainsi, s'est terminée cette union idyllique
Pour se voir accorder l'instant fatidique
Il faut pouvoir user de la verbe et du geste
L'un ne va pas sans l'autre, seuls ils sont indigestes

Ainsi, vous messieurs, qui voulez tout trop vite
S'il est vrai que les mots éloignent le coup d'bite
Ils peuvent être parfois un mal nécessaire
Pour qu'une belle donzelle vous offre son derrière


PRECEDENT -



_______________________________________________
bonbonze à écrit:
Il m'avait bien semblé qu'elle était tout à moi
Je m'approche par derrière et puis là, j'le crois pas
Moi qui croyait conclure, je viens juste d'écoper
D'une tarte dans la gueule pour être trop pressé
_______________________________________________
obsede-textuel à écrit:
Pour atteindre mes fins, je dois la jouer fine,
Cette gueuse a des lettres, Baudelaire : elle a lu,
Et sans en avoir l’air, si je veux la lui mettre,
Au fond de son derrière, à cette jolie lapine,
Je devrais employer tout mon vocabulaire,
Lui déclarer ma flamme, faire des vers de père vert,
Avant que cette belle veuille bien me permettre,
De lui fourrer mon vît dans son tout petit Q.

_______________________________________________
Leela à écrit:
C'est toujours meilleur quand c'est réchauffé :p
_______________________________________________
La chose morte à écrit:
Mais une fois terminé l'acte tant convoité,
Après avoir usé du vocable et du derrière,
"Après avoir la stupide matière baisée"
comme disait le poête Charles Baudelaire,

Devrai-je encore faire semblant
Ou partir fourrer ailleur mon gland?
_______________________________________________
Leela à écrit:
A ton appéciation ;-)
Je suis "ouverte" à tout
_______________________________________________
scorpion à écrit:
ouverte dans quel sens du terme
_______________________________________________
ARCHANGE a écrit:

DU VERBE TU FAIS TON ETENDARD , MAIS LE DARD N'ETAIT
QU'UN INGENU SANS JUGEOTE , LE DARD FAIT L'HOMME,
MAIS L'HOMME SANS FOI , POURQUOI NE PAS METTRE AU
DIAPASON LES FILLES VOS ENVIES ET VOS ACTES !
PREND DES INITIATIVES ET PELOTE UN MEC , TU VAS VOIR
CELA LES REFROIDIS TOUT DE SUITE .



AJOUTER UN COMMENTAIRE
Votre message sera modéré avant sa mise en ligne

PSEUDO



Recopier les chiffres figurants ci dessus:

Smileys
VERS LE HAUT DE LA PAGE


Tri sélectif
Tri alphabétique
Tri par notoriété
- Afficher tout

- Démo des maux de Meaux
- Arlequinesques
- La chèvre
- L’amante religieuse
- Bourrée et non bourrées!
- Je me demande ...
- Vive les poyos !!! (ou encore pure racontage de vie façon leela)
- Les fuites de la prose fugace
- Cornettes
- Sans titre
- Mi j’vois ço j’débande direct (dialecte de Boulognie orientale)
- Sport d'hiver

VERS LE HAUT DE LA PAGE


article lu 8176 fois.