Non, vous ne rêvez pas, ce site n'a pas la moindre trace de pub. La pub n'est pas une fatalité, juste un choix.

VERS LE BAS DE LA PAGE
L
E
E
L
A

La chèvre
La chèvre… Rien que ces mots me font me le représenter. L’image de ce garçon a remplacé à tout jamais en moi, la petite bestiole herbivore et son cri familier. La chèvre c’est un spécimen dans son genre. A première vue, il ne passe pas inaperçu, il fait un peu penser aux joueurs d’accordéons des bals musettes avec ses chemises à carreaux, son triple menton, et ses grolles de tocard, lui manquerait plus que la baguette et le petit béret. Trapu, bedonnant, il ferait même pas mouiller la plus nympho des jouvencelles. Je ne veux pas dire par là que les mecs rondelets n’ont pas de charme, bien au contraire, mais on ne peut pas dire de la chèvre qu’il a eu droit aux faveurs d’Aphrodite.

Sinon mis à part ça, c’est un gars très gentil, toujours là quand il s’agit de participer aux cuites parties, et il encaisse bien l’animal, il en enterre plus d’un au jeu du levé de coude. On fait bien attention à alimenter son réservoir.

On prend bien soin de lui le pauvre chou, l’un des deux seuls mecs dans une promo de nana !!! ça se trouve pas à tous les coins de rue.

S’il est une chose qui m’ennuie chez lui, c’est son ego surdéveloppé, car la chèvre « est ceci », « a fait cela », « possède ci et ça », moi je, moi je, sont ses mots favoris…

Il est aussi, diront certains l’un des plus grands blagueurs à 30 cents que la terre ait jamais portée. Ainsi, fusent les blagues sur les blondes, ou encore celles où tu retrouves chatte, cul, bitte toutes les trois secondes.

Et, outrance ultime au genre humain, la chèvre possède un rire en tout point bestial, rire qu’il utilise à tort ou à raison tout au long de la journée. Je me souviendrai toujours la première fois que je l’ai entendu, je n’ai jamais autant voyagé, j’ai cru un instant me retrouver dans les près, ma houlette de bergère à la main, entourée d’ une armée de chèvre en train de bêler à l’unisson « bêêêeee bêeee » Une légende était née.

Ces derniers temps, des pensées m’obsèdent, je me demande s’il lui arrive, lors de moments très intimes avec une donzelle, de bêler pendant l’acte.


PRECEDENT - SUIVANT



_______________________________________________
Marcel à écrit:
Non que j'ai un égo surdimmensionné qui me fait croire que l'on parle de moi tout le temps, mais ça cerne bien ma personnalité
_______________________________________________
dictionaric à écrit:
Mais non Marcel ! C'est de moi qu'elle parle !
_______________________________________________
Leela à écrit:
Ne sous estimez pas l'individu dont il est question ;-)
_______________________________________________
il à écrit:
hé béééééééééééééé
_______________________________________________
Le Bouc à écrit:
mais pourquoi écrire bitte avec 2 'T'?
Le Bouc Alias Philippe SEGUIN
_______________________________________________
Leela à écrit:
C le s'il vous plaît Allemand, Bier bitte? :p
_______________________________________________
Marcel à écrit:
danke schön, bitte schön...
Traduction : quel beau tank, quelle belle bite,pour la bière j'ai rien voir le bonze pour la blonde avec poitrine...
Coucou leela et bisous
_______________________________________________
La chose morte à écrit:
Je rassure Leela (et désespère le reste du monde) : des chèvres telles que celle-ci, il en existe des quantités à faire douter un bouc en manque...
_______________________________________________
bea a écrit:
je suis déçUE, mon fils cherche quel est le cri de la chevre, et nous n'avons pas de réponse chez vous. Tant pis
_______________________________________________
max a écrit:
La chevre bêle...
_______________________________________________
pepejul a écrit:
On dit que la chèvre béguète, bêle ou chevrotte...

Comme il est toujours bon de s'instruire :

"L'expression "prendre la chèvre" est utilisée pour désigner une personne prompte à s'emporter.

Un vin très aigre est qualifié de "vin à faire danser les chèvres".

"Ménager (ou sauver) la chèvre et le chou "veut dire : ménager les deux parties.

"La chèvre a pris le loup" s'emploie quand une personne faible l'emporte sur une autre malintentionnée à son égard.

"Où la chèvre est liée, il faut qu'elle broute" ; l'expression explique qu'il faut s'accommoder à sa situation.

"On n'a jamais vu chèvre morte de faim" : il faut prendre l'habitude de manger de tout, comme le fait une chèvre.

La chèvre est aussi un appareil de levage.

On désigne parfois un enfant vif et fougueux en le qualifiant de "chevreau"."

pris sur le site : clique-ici
_______________________________________________
jet'aime a écrit:
tres nullllllll

_______________________________________________
charlesattend a écrit:
ben dis donc tu t'y connais en chevre, pepejul Faut dire qu'à Marseille, on en croise plus souvent, comme dans tout le sud , d'ailleurs

Maintenant, si tu veux échanger quelques chèvres contre des blaireaux, il y a de quoi faire..
_______________________________________________
bonbonze a écrit:
Tiens J'aurais dit "Se sauter une pouf" pour "prendre la chèvre". Enfin chacun son sabir...
_______________________________________________
charlesattend a écrit:
Bêêêêlle
On dirait un mot inventé pour êêêlle



AJOUTER UN COMMENTAIRE
Votre message sera modéré avant sa mise en ligne

PSEUDO



Recopier les chiffres figurants ci dessus:

Smileys
VERS LE HAUT DE LA PAGE


Tri sélectif
Tri alphabétique
Tri par notoriété
- Afficher tout

- Démo des maux de Meaux
- Arlequinesques
- La chèvre
- L’amante religieuse
- Bourrée et non bourrées!
- Je me demande ...
- Vive les poyos !!! (ou encore pure racontage de vie façon leela)
- Les fuites de la prose fugace
- Cornettes
- Sans titre
- Mi j’vois ço j’débande direct (dialecte de Boulognie orientale)
- Sport d'hiver

VERS LE HAUT DE LA PAGE


article lu 10275 fois.