Si tu cherches la lumière, Petit Scarabée, il te faudra trouver l'interrupteur...

VERS LE BAS DE LA PAGE
H
U
M
E
U
R

La chevauchée de la vache qui rit ! (Nichons addict)
humeur du 24 avril 2004

a première fois que je l’avais vu, j’étais accompagné. Bien accompagné. Ma compagne de l’époque était blonde, très jolie. Elle le savait et en jouait abondamment. Moi, bon con, je roucoulais comme un pigeon, satisfait de montrer à tous la jolie femme que j’avais à mon bras.
Ma compagne, m’avait emmené dans ce petit restaurant, qu’elle connaissait de longue date. La bouffe était bonne, les prix y étaient raisonnables.
Ce qu’elle n’avait pas prévu, c’est que flasherais sur l’hôtesse, une grande blonde nordique avec une pointe d’accent aussi guttural qu’allemand et gaulée comme une vache qui rit... ? Non, c’est pas ça… comme une Walkyrie. Je les confonds tout le temps ces deux là !

Pas roulée comme les femmes rêvent de l’être, ni comme les diktats de la mode voudraient nous les imposer, ascétique et salicylique (Oups j’ai pas pu m’empêcher !) non, elle était comme les hommes rêvent la femme idéale. Grande, bien en chair avec une forte poitrine, qu’elle enserrait, sans sous-tif dans un petit chemisier en vichy rose qui laissait entrevoir, tant le tissus était tendu la pointe de ses mamelons et s’ouvrait sur un petit carré de peau à la naissance des seins. Forcément ces magnifiques mamelles attiraient l’œil plus sûrement qu’un photophore attire une phalène. Et je me demandais, si elle s’était trouvée soudainement émue par quelques bels éphèbes, si les boutons auraient résisté à la pression. Transperçant d’un coup la vision du jeune homme abasourdi par l’apparition miraculeuse de cette monumentale paire de seins d’une part et sans doute aussi par les boutons du chemisier propulsés à des vitesses supra soniques. Pour compléter la panoplie, elle portait une de ces mini-jupes qui font des jambes interminables et les siennes l’étaient. Galbées, bronzées et musclées, là ou elles devaient l’être et supportant un fessier bien rebondi, qui laissait augurer des plaisirs autant palpables que coupables.
Vision onirique non pas de la femme parfaite, mais de celle qu’on irait bien coincer dans un recoin de sa cuisine pour lui expliquer les vases communicants. Bref Alice, puisque c’est ainsi qu’elle s’appelait, était excitante, bandante pour être précis.

Je me suis posé la question, durant le repas, de savoir si les sourires qu’elle nous faisait étaient purement commerciaux ou si elle cherchait à provoquer ma copine. De même, pourquoi, malgré les trois loufiats obséquieux, qui servaient d’un air affable, à table, venait-elle, personnellement, nous livrer les plats, me laissant découvrir, lorsqu’elle se penchait, les rondeurs suggestives de son décolleté, plus appétissantes que ce qui y avait dans l’assiette qu’elle me présentait. Au menu, j’aurais préféré farcir la dinde plutôt que choisir la dinde farci.

Ma compagne n’avait pas apprécié le manège. Je lui avais dit qu’elle se faisait des idées. Moi aussi.

Dès le lendemain, je revins seul déjeuner chez Alice, qui me sourit tout autant. Je discutais un peu avec elle, j’appris donc qu’en plus de gérer ce restau, elle était mariée, avait deux gosses et que je lui rappelais un ami d’enfance resté dans son Allemagne natale. Elle me trouvait sympathique. Je lui proposais une invitation au restau, enfin dans un autre restau, qu’elle déclina, puisqu’elle y bossait tout les soirs et qu’y retourner, un jour de repos, lui aurait rappelé le boulot. J’insistais lourdement.

    Le service se termine vers minuit et demi, si vous tenez tant que ça à me voir, vous n’avez qu’a venir faire la vaisselle me dit-elle, en riant et en m’apportant mon café et l’addition.


Je revins donc à l’heure dite et frappais à la porte vitrée, elle m’ouvrit, me fit entrer et referma derrière moi. Je la suivis derrière son comptoir, je la pris par la taille, la serra contre moi et l’embrassais dans le cou. Elle se laissa faire. Puis je défis un à un et non sans mal, les boutons de son chemisier en vichy rose pour enfin libérer cette magnifique paire de nichons que je saisis à pleine main…

Enfin c’est comme ça que j’aurais aimé que ça se passe. En fait lorsqu’elle m’ouvrit elle me demanda :
    - Qu’est-ce que vous faite là ? Vous avez oublié quelque chose ?
    - Non, mais vous m’aviez dit de venir …
    - Ça va pas non ? vous êtes malade, faut arrêter de vous faire des films. Allez ! Partez avant que j’appelle mon mari !


Et elle referma la porte. Rideau !


Le bon bonze


PRECEDENT - SUIVANT



_______________________________________________
boblebidibul à écrit:
'tain, j'y croyais.
Je te voyais déjà la tête bien calée là où il faut, entre deux oreillers chauds et sensuels.
Et moi, de mon côté, je commençais à me dire:"oh non, oh le salaud, il a du bol et en plus il a du bol !".

Et cette chute qu'aurait du être une chute de reins.

Rideau.
Flute alors.

Sinon, que penser de cette dame bien équipée et en profitant...
_______________________________________________
babe_awax à écrit:
Dommage que ça n'ait pas marché
_______________________________________________
scorpion à écrit:
pense la meme chose que babe c'est vraiment domage
_______________________________________________
momho a écrit:
salut?
_______________________________________________
charlesattend a écrit:
j'la connais..elle n'est pas mariée.
_______________________________________________
La bestiole a écrit:
Woh l'autre eh ! Il est pas malade notre Bonbonze !
_______________________________________________
michelsencaz a écrit:
A propos de la qui rit, vous savez pourquoi elle rit ? Non !
Cette qui rit, on ne lui voit que la tête (regardez sur la boîte de fromage...) donc on ne sait pas qu'il y a un zigoto accroupi, qui lui triture les nichons...pardon, les pis. Voilà pourquoi la qui rit, rit.
_______________________________________________
Beastbuk a écrit:
T'as eu un césar pour ce film que tu t'es fait?
_______________________________________________
bonbonze a écrit:
Non, juste une palme d'or...
Là normalement y a une image
_______________________________________________
BBF a écrit:
Géniale tu écris trop bien bonze....comme l'imagination peut être débordante à la vue des rondeurs féminines...finalement vous vous faites autant de film que nous....sauf que les nanas rêves un peu 'conne'de la bague au doigt, et que vous pensez y propulser plus que le doigt....! ben oui , je suis crue, mais réaliste! trop drôle mais rare sont ceux qui matent discrètement, donc si la nana est joueuse, vous vous faites avoir à chaque fois! mais jolie rêves!
beau récit vraiment...!
_______________________________________________
bonbonze a écrit:
Du vécu
_______________________________________________
EnnioNB a écrit:
C'est quand même assez funky de voir un bonnet M dans un restau :)
_______________________________________________
bonbonze a écrit:
Pour les beaux nems, c'est plutôt restau chinois...
_______________________________________________
EnnioNB a écrit:
Haha excellent



AJOUTER UN COMMENTAIRE
Votre message sera modéré avant sa mise en ligne

PSEUDO



Recopier les chiffres figurants ci dessus:

Smileys
VERS LE HAUT DE LA PAGE





Tri sélectif
Tri alphabétique
Tri par notoriété
- Afficher tout

- Cathare de mes deux.
- Question pour un crouton
- Les cultureux
- Le chant du cosmos
- Harry Tuttle ??
- Appauvrissement
- Argumentaire dirigé
- Humeur ?
- Critiques ?
- L'amour est dans le blé.
- L'incroyable secret
- Le changement c'est "Dans ton cul".
- Concert (moi pas si fort)
- Les publicitaires sont des cons
- Les morts-vivants
- Panseurs mondains
- Radars
- Ça se complique
- Wild world
- Neige artificielle (Mon mari !)
- Révolution mon cul !
- Miossec, un concert de merde.
- Aqme.
- Halal ?
- Érections régionales
- Le cirque
- Racolage téléphonique
- 2012 ! On ferme.
- Le syndrome de la blouse blanche.
- Halleluya !
- A ma sauce
- Élections, piège à cons.
- Politiquement correct de mes couilles.
- Copains d'avant, disparition mystérieuse
- Genèse interactive
- Désillusion
- Transport hors du commun
- La machine à baffes
- Jeu d'argumentation
- Les architectes sont des cons
- La justice de mon pays
- Le poulet aux probiotiques
- Hacking
- Crétinisme et Internet
- Saute au paf !
- A la claire fontaine...
- Libération !
- Welcome
- PPDA: Casse toi pauvre con !
- La malédiction des six gales

VERS LE HAUT DE LA PAGE


article lu 26099 fois.