Dans l'espace, personne ne vous entendra rigoler...

VERS LE BAS DE LA PAGE
E
n
n
i
o
N
B

Le Procès des Chaussettes Trouées
EnnioNB - 25 Oct 2016

Au Tribunal de Hareng-sur-Trémoulac, le 14 Mars 2016, se tient un procès remuant un débat qui enflamme depuis des siècles les médias mais pas seulement !
Chaque foyer se sent concerné par ce sujet, nous pourrions même dire qu'il revêt un intérêt international. Nous ne parlons pas d'avortement, d'euthanasie, nous ne parlons pas de tout le battage qui entoure le pain au chocolat : sa tarification, qui reste un mystère jusque dans les "élites", ou encore l'appellation "chocolatine" (la rédaction irait même jusqu'à se mouiller en vous conseillant vivement de fermer vos gueules sur la chocolatine, les deux se disent, basta.)...Nous parlons, dans cette Cour, des Chaussettes Trouées. Mais je vous laisse prendre connaissance de ce qui a été retranscrit ce jour, sur ce que l'on pourrait considérer comme étant la Controverse du Millénaire, un débat entre Mme. X., réputée victime et M. Y, présumé coupable, représentés respectivement par leurs avocats Maître Requin et Maître Enfoiros. L'affaire est instruite par le Juge Justin PARTIAL.

Juge (J) - "Que déclare l'Accusation ?"

Maître Requin (R) - "Ma plaignante, Mme. X, que vous découvrez devant vous, a été une victime de fautes de goûts répétées au cours de 4 ans de vie commune avec M. Y. Nous lui faisons le reproche d'avoir arboré, presque fièrement, 4 ans durant, parfois même publiquement, une paire de Chaussettes Trouées, de marque Kalendji, taille 44, que je présente à la Cour comme principale pièce à conviction. Aussi ajouterai-je que M. Y a eu la décence de nous fournir, de lui-même, cet objet du délit lavé, ce qui était si l'on en croit ma plaignante relativement rare au cours de leur historie. Nous irions même jusqu'à préciser que cette initiative relevait très régulièrement de ma cliente. Le fait est donc suffisamment rare pour être souligné et..."

Maître Enfoiros (E) - "OBJECTION ! Nous parlons des chaussettes de mon client ou bien de son hygiène, votre Honneur ?"

(R) - "Il me semble que les deux peuvent être intimement liés..."

(J) - "Rejeté, poursuivez Maître Requin."

(R) - "Je vous remercie. L'accusé a donc porté un préjudice moral à ma cliente en portant cette paire de Chaussettes Trouées à de multiples occasions, transformant des instants de vie a priori agréables en instants gênants. Lorsque Mme. X et M.Y recevaient leurs familles, leurs amis, parfois mêmes leurs collègues, M. Y se présentait au devant de ses convives Chaussettes Trouées au pied, des orifices de 2 à 3cm de diamètre suivant les endroits, laissant parfois apparaître le talon, laissant s'échapper un orteil..."

(Les Jurés) -"OOOOOH !"

(R) -"...M. Y aurait été jusqu'à pousser le vice lors de leurs dernières vacances, dans un établissement de la côte bretonne, en se présentant à l'accueil de ce dernier, portant ces mêmes chaussettes dans des tatanes Quicksilver !"

(E) - "OBJECTION ! M. le Juge, reconnaissez qu'on a plus à faire aux Reines du Shopping qu'à un procès équitable là..."

(J) - "Et reconnaissez, Maître, que le combo Tatane-Chaussettes Trouées est peu judicieux, et que nous n'avons pas connu pire assimilation d'horreurs depuis le slip-de-bain/méduses qui, heureusement pour nous tous, a disparu dans les années 90. Poursuivez Maître Requin."

(R) - "Merci Votre Honneur, nous saluons cette ultime chance qu'à eu Mme. X de ne jamais avoir vu M. Y s'avancer vers le lit conjugal dans cette tenue ! Pour étayer mon propos, je tenais à faire venir à la barre notre experte en la matière, qui saura éclairer cette Cour de toute sa lumière sur le préjudice infligé par ces immondices que M. Y se complaisait à porter au détriment de sa compagne. Mme Cordula, si vous voulez bien approcher..."

CORDULA - "MON-CHÉ-RIIII C'EST LE FASHION FAUX-PAS ! TU AS DÉJÀ UN CORPS EN 'O' ET PORTER CES HORREURS C'EST NOOOOO WAAAAY ! JE PENSE QUE TU DEVRAIS..."

(J) -"BAM BAM ! (bruitage d'un splendide marteau en acajou XVIIè siècle rebondissant avec fermeté sur son socle du même matériau, et dont la beauté n'a d'égale que la subtile hermine du magistrat svelte et fringant, qui trône fièrement sur...putain j'm'égare) Faîtes moi évacuer cette experte, elle m'est insupportable...La parole est désormais à la défense...Maître Enfoiros, c'est à vous !"

(E) - "Mesdames et Messieurs, Votre Honneur...le pauvre agneau que vous voyez ici, sur le banc des accusés n'est pas exactement le coupable que l'on voudrait vous laisser condamner avec cette sévérité qui se lit dans le regard de mon collègue. Mais que croyez-vous donc ? Que mon client n'a pas conscience des trous en présence dans ces Chaussettes, que Maître Requin pointent depuis le début avec dédain ? Mais Mesdames et Messieurs, combien de dangereux individus parmi nous portent actuellement le même genre de Chaussettes en ce moment-même ?"

(R) -"OBJECTION Votre Honneur, cet argument n'est pas..."

(J) -"Rejeté Maître, ne me demandez pas pourquoi, mais rejeté, il vient de marquer son point, poursuivez Maître Enfoiros."

(E) -"Mme. X s'est elle seulement demandée une fois au cours de sa romance avec M. Y si ce dernier n'accordait pas une certaine attache sentimentale à cette paire de Chaussettes en particulier ? Ne s'est-elle pas posée la question de l'importance capitale de l'existence capitale de cette paire au sein du couple pour se substituer au manque de paires propres les jours sans ? Elle qui reprochait, au début de la démonstration de mon éminent collègue, l'hygiène de mon client, ne s'est-elle pas
demandée si ces orifices n'avaient pas un quelconque lien avec une possible aération a dessein d'éviter les troubles olfactifs, au risque d'une pollution visuelle ? Elle qui reproche la faute de goût à mon client, n'oublie-t-elle pas qu'elle même portait fièrement, un mois après leur première nuit d'amour, ce pyjama hors de mode comme une insulte à la rétine, qu'elle portait déjà à ses 14 ans, au motif qu'il est resté confortable ? Peut-être que ces chaussettes le sont tout autant, les a-t-elle seulement essayées ?"

(R) -"OBJECTION ! C'est laver son linge sale en public ça !"

(J) -"Je ne retiens que la vanne, poursuivez !"

(E) -"N'est-ce pas non plus cette même personne qui achète, sans se poser la moindre question, des jeans déjà troués dans le magasin ? Donc au-dessus du genou, nous tolérons l'orifice vestimentaire, mais pour ce qui concernera la Chaussette, nous devrions être fermes et inflexibles ? Qu'est-ce que cette discrimination Mesdames et Messieurs ? Votre Honneur ? Non, le véritable procès n'est pas celui du Trou dans les Chaussettes, le véritable procès, c'est celui du pied, de l'orteil, qui sont naturellement pratiques et inesthétiques. Et lorsque ce que nous avions destiné à les dissimuler cède, ne rejetons pas la faute sur ces Chaussettes et encore moins sur celui qui les porte ! Par cette démonstration, je tiens à vous affirmer que nous sommes tous égaux face aux Chaussettes Trouées et que nous devons rationaliser ce problème ensemble, sur ce que tous ici nous essayons de dissimuler depuis des siècles. Sinon s'ouvrira bientôt le procès de la ballerine, nous ré-ouvrirons l'affaire Espadrilles, ce sera la porte ouverte à toutes les fenêtres... J'en ai terminé Votre Honneur."

(J) -"Nous allons laisser les jurés se retirer pour délibérer, cette affaire m'a passablement lessivé, rendez-vous ici même, dans l'après-midi pour le prononcé du verdict."

Allez-y, débattez ! ;)
Merci à Mlle. P. pour le thème imposé, j'espère que le challenge aura été relevé avec succès !

PRECEDENT -



_______________________________________________
bonbonze a écrit:
Qu'on leur coupe la tête
_______________________________________________
charlesattend a écrit:
Tu as trop regardé "the good wife" ou "suits" ....
_______________________________________________
LilasPoint a écrit:
Prochain texte : le procès des chaussettes dépareillées ?
D'ailleurs, j' ai 2 paires dépareillées, une blanche et noire, et une noire et blanche
_______________________________________________
bonbonze a écrit:
Pi d'abord, s'il n'y a pas de trou à la chaussette, tu peux pas la mettre...
(Ce doit être de Légaré)



AJOUTER UN COMMENTAIRE
Votre message sera modéré avant sa mise en ligne

PSEUDO



Recopier les chiffres figurants ci dessus:

Smileys
VERS LE HAUT DE LA PAGE


Tri sélectif
Tri alphabétique
Tri par notoriété

- Le Procès des Chaussettes Trouées
- La Journée Mondiale du Sourire
- Cosmétique et Lingerie, les grands malades
- L'Instant Criminel
- L'Aiguillon-sur-Mer (85)
- Perles d'Accueil
- Le Vendéen
- Salon de "Coiffure"

VERS LE HAUT DE LA PAGE


article lu 328 fois.