Un site avec un bonze, pi du caramel mou, plein !

VERS LE BAS DE LA PAGE
C
O
R
N
E
G
U
I
D
O
U
I
L
L
E

Gidouille légionnaire . Saison deuze
Cornegidouille - 20 Mar 2013

Nous avons laissé , souvenez vous, la famille Gidouille a Bordeaux chez des ancêtres jusqu'alors inconnus , fleurant bon la naphtaline et dont certain membre ....avait une fâcheuse tendance à l' exhibitionnisme. Il fallait déguerpir au plus vite pour d'autres horizons. Ce fut le Sahara, ses roses des sables, ses djébels, ses dromadaires.... Ses légionnaires.
Madame Gidouille mère avait eu juste le temps de pondre son énième marmot, un garçon bien évidemment.
J'avais eu sept ans, j'avais perdu mes dents, quelques illusions, j'avais fini de croire à la promesse de ma mère qu'un jour , oui, un jour j'aurais une petite sœur.
Au pied du djebel Bechar il faisait chaud l'été , très chaud et froid l'hiver , assez froid . Assez pour partir le matin avec un petit manteau et un bonnet à pompon sur la tête.
Plus de boys, plus de lavoir , mais une bonne grosse fatma les mains et les pieds teints au henné qui nous talochait d'un bon coup de pied au cul lorsque nous franchissions la porte de sa cuisine .
Drôle d'ambiance au pied du djebel. Mon père partait pour des missions nocturnes en "evasan" . La piste d'hélicoptère jouxtait la maison , il rentrait au matin pâle et muet.

Poursuivant inlassablement mes missions d'espionnage derrière le canapé j'entendis avec effroi le récit du rapatriement d'un homme retrouvé mort, escouillé et ligoté sous le ventre d'un âne....ce soir là, j'ai vomi mes coquillettes sur la table familiale ,la contagion gagna mes frères. Mon père préconisa une petite vermifugation générale.
Mais, les légionnaires me direz vous? Et bien voilà . Il y avait àColomb Bechar ( on dit Bechar à présent ) une compagnie de légion étrangère .
Les légionnaires fêtent tous les ans la commémoration de la bataille de Camerone . Pour l'occasion ils se font tout beaux, grande tenue , défilés , chants et pince fesse à la fin avec tout le gratin du bled .
Ah! Voir défiler les légionnaires dans le Sahara!

Le coquetail final avait lieu au cercle militaire et, tandis que les grandes personnes s'arsouillaient les enfants plongeaient du trois mètres de la piscine, faisaient des bombes tandis que les plus jeunes pataugeaient dans le petit bain sous la surveillance aléatoire d'un bidasse aviné . Je ne savais pas nager mais je suivais mes frères dans la course au gendarmes et aux voleurs quand un grand dadais m'attrapa et me jeta dans le grand bain .

Il en faut plus que ça pour noyer un membre de la famille Gidouille. Je touchai le fond , donnai un grand coup de pied , remontai àla surface et tant bien que mal je rejoignis le bord. Prise d'un légitime désir de vengeance, je retrouvai le morveux m'en approchai doucereusement et lui fis remonter d'un coup de genou ses bijoux de famille dans l.abdomen. Il perdit connaissance
La mère du garçon prévenue et le petit crétin ayant repris conscience, il y eut une explication musclée entre les deux parties d'où il ressortit que si plus tard le pauvre chéri devait être impuissant ou stérile , madame X saurait me retrouver fut ce au bout du monde pour me demander réparation.
Ma mère nous embarqua mes frères et moi, nous rejoignimes la deudeuche , je faisais la gueule car en vérité je m'amusais bien et mes frères me traitaient de tout les noms d'oiseaux d'avoir gâché la journée.
La deux deuche était bien garée entre deux véhicules, mais si serrés entre eux que ma mère dût renoncer à l'extraire . Elle descendit avec mes frères en attendant qu'un des propriaitaires d'une voiture arrive. Je refusai de sortir , bras croisés, moue boudeuse. C'est alors qu'arriva un petit groupe de quatre légionnaires .
-on dirait que vous avez un problème madame ?
- en effet , ces deux abrutis se sont garés si près que je ne peux pas sortir.....
-on va voir ce qu'on peut faire . Les gars, un homme aux quatre coins ! Les gars se postèrent au niveau des ailes de la deudeuche
Attendez dis ma mère, je vais faire sortir la petite !
_ c'est pas une sauterelle comme ça qui va nous gêner , laissez la donc, elle a pas l'air commode, on a peur!!!
Au signal, ils soulevèrent la voiture sous les yeux ébahis de mes frères et la posèrent avec une grande délicatesse sur la chaussée.
- il ne sera pas dit qu'un légionnaire laisserait une jolie dame dans la peine !

Le soir même, j'appris avec désespoir de la bouche de mon père qu'il n'y avait pas de femme dans la légion....dommage, je m'étais découvert une passion qui n'était pas près de s'éteindre. Mais la vie parfois nous apporte de belles surprises Et deux décennies plus tard, il me restait a convaincre le général de Carfort qu'une mission de survie dans le désert n'attendait que moi.








PRECEDENT - SUIVANT



_______________________________________________
bonbonze a écrit:

PS La mère du morveux t'a-t-elle retrouvé ou cherche-t-elle encore
_______________________________________________
Cornegidouille a écrit:
La pov vieille, elle doit avoir quatre vingt dix ans et un deambulateur....et moi, je cours toujours!
_______________________________________________
Bastacusi a écrit:
Tu es incroyable gidouille
_______________________________________________
Cornegidouille a écrit:

_______________________________________________
charlesattend a écrit:
C'était le bon temps...
_______________________________________________
Cornegidouille a écrit:
Et bon temps ne peut mentir !

_______________________________________________
charlesattend a écrit:
Gidouille écrit tellement bien, qu'on pourrait croire que c'est un mec.
Un vrai.
Avec des couilles au cul.
Les siennes.
Affirmatif.
Tiens, voilà du boudin
_______________________________________________
Baad a écrit:
....
Une autre !
Une autre !
(ad lib)



AJOUTER UN COMMENTAIRE
Votre message sera modéré avant sa mise en ligne

PSEUDO



Recopier les chiffres figurants ci dessus:

Smileys
VERS LE HAUT DE LA PAGE


Tri sélectif
Tri alphabétique
Tri par notoriété
- Afficher tout

- Gidouille légionnaire ( suite et faim )
- Ouacances d'autrui
- Gidouille légionnaire saison troize
- Gidouille légionnaire . Saison deuze
- Beurk, c'est bon
- Humeur
- Gidouille à la légion étrangères
- Annoncer une mauvaise nouvelle
- Oû y'a des gènes , y'a pas de plaisir
- La Romanée Conti
- Je veux rentrer à Brazzaville
- Indignée Je !
- L'Afrique est bonne hôtesse
- Avant de partir
- Les nègres, les pères et les mères
- Il faut appeler un chat, un chat
- Le mètre étalon
- Les huîtres du Régent

VERS LE HAUT DE LA PAGE


article lu 2609 fois.