Merci de votre visite. Ici, tout est gratuit, vu qu'il n'y a rien à vendre.

VERS LE BAS DE LA PAGE
C
O
R
N
E
G
U
I
D
O
U
I
L
L
E

Gidouille à la légion étrangères
Cornegidouille - 15 Jan 2013

Au siècle dernier il se trouve que je résidais dans un tout petit pays situé dans la corne de l'Afrique. Un petit pays bien déshérité , ou personne ne souhaite passer ses vacances et c'est bien dommage . Le territoire des Afars et des Issas, alias Djibouti.
J'avais trouvé un petit boulot à l'hôpital Peltier, soixante quinze lits de médecine , plus couramment appelé service indigent femme. Sortant tout juste de la fac, c'était pour mes frêles épaules et en regard de mes connaissances médicales très théoriques, une lourde charge.Une espèce de fou furieux( le médecin général de Carford, je peux bien le nommer, il est mort depuis longtemps) bien que m'ayant trouvée " bien maigre" pour ce poste accepta que j'y fasse mes premières erreurs de diagnostic....
J'ai pleuré pendant une semaine en rentrant chez nous le soir, puis, ayant été sommée par mon confesseur d'assumer ou de renoncer, j'assumais.
Quelques mois plus tard, je reçus une lettre de la légion étrangère m'informant que, prévoyant une mission de survie pour une centaine d'hommes dans le désert du grand Bara, il leur serait agréable de me rencontrer afin de voir si je pouvais assurer le soutien logistique médical. J'ai répondu positivement à cette offre alléchante, une centaine de légionnaires, franchement, je ne vois pas qui, à part moi, aurait pu s'en occuper.
Je fus donc invitée à déjeuner à la légion pour prise de contact et information, à douze heures précises, au mess officier.
Comment vous dire, accueillie à la porte d'entrée avec une solennité toute militaire, je fus amenée au mess. J'entrai au milieu d'une haie d'honneur dans ma petite robe bleue. Si j'avais été à poil, je ne me serais pas sentie plus habillée . La table dressée comme au Ritz , cristaux et argenterie , nappe damassée aussi bien repassée que les chemises de ces messieurs, on me pria de prendre place devant ma chaise pendant le Boudin.
Quatorze officiers de légion qui entonnent le Boudin , je vous assure, ça ne prête pas a rire. Le Boudin , c'est le bénédicité du légionnaire .Ce vibrant hommage à la nourriture ET à ma présence, galvanisé par une improbable présence féminine dans les murs, ça à de la gueule. Et même si j'avais été prévenue et que j'avais prévu d'avoir le fou rire du siècle, je maintins un impeccable garde à vous . À vrai dire, j'aurais presque versé une larme si j'avais eu pleine confiance en mon Rimmel, waterproof, mais on ne sait jamais.
Point de boudin dans le Limoges.le chef cuistot avait employé des armes de séduction massives, les vins étaient parfaits, les serveurs en grande tenue et gants blancs , on parla de tout, de rien et enfin de la mission de survie. Je baignais dans la testostérone et le sable chaud, quatorze paires d'yeux finissant de me convaincre que cette mission était faite pour moi.
- vous aurez vos quartiers me dit le colonel, la nuit, quatre hommes seront en poste autour de votre carré , nous vous avons prévu une "salle d'eau" personnelle ....à cette évocation, ils baissèrent tous les paupières, discrétion suivie d'un court silence... Le colonel se gratta la gorge, hum, hum , bon, alors une semaine dans le désert avec la Légion, qu'est ce que vous en dites ? Vous avez le droit de réfléchir , appelez moi quand vous aurez pris une décision.
Ma décision? Pas question de rater ça mais on va les faire mariner un peu les légionnaires ... Gidouille, médecin de légion ! C'est un autre chapitre.









PRECEDENT - SUIVANT



_______________________________________________
charlesattend a écrit:
De quoi te rendre chèvre !
_______________________________________________
bonbonze a écrit:
Sinon, le boudin de la légion, ça se mange pas, c'est une protection que l'on met au bas du sac à dos il me semble...
_______________________________________________
marsupilamie a écrit:
Que ne puis-je écrire de si beaux textes ! Ce sont des bijoux , vrais ou faux ? Peu importe, c'est l'éclat qui compte ...
_______________________________________________
Pepejul a écrit:
Les textes de cette qualité ne sont pas légion... Chapeau madame !
_______________________________________________
Cornegidouille a écrit:
Vrai de vrai, juré craché .. J'aimerais tant avoir de l'imagination....
_______________________________________________
bonbonze a écrit:
ça sent le vécu c't'affaire...
_______________________________________________
marsupilamie a écrit:
ça sent surtout le sable chaud
_______________________________________________
charlesattend a écrit:
Chez Gidouille, on bouffe toujours à une grand , avec des serviteurs, des gants blancs, de la belle vaisselle, des huitres, du pinard de chez Chateau Bidon...

Tu m'invites là où t'habites ? J't'e montrerai ma..
_______________________________________________
Cornegidouille a écrit:
Ben je te racontes pas les fois où je bouffe des sardines à même la boîte sur le coin de l'evier avec un coup de cubi castel avec beaucoup de glace pour faire glisser... Sauf si tu y tiens absolument
_______________________________________________
marsupilamie a écrit:
j'aime bien les sardines ; c'est les maquereaux que j'aime pas
_______________________________________________
Cornegidouille a écrit:
Ils snt comment tes maquereaux? Gris bleutés argentes avec des rayures Ou en costard gris bleuté avec des rayures et des chaussures bicolores ?
_______________________________________________
bonbonze a écrit:
Les deux, mais le second n'est pas comestible...
_______________________________________________
marsupilamie a écrit:
et pourtant il est à chier...
_______________________________________________
Baad a écrit:
Sauf chez les jivaros (qui doivent bien être anthropophages, non ?)
_______________________________________________
Baad a écrit:
By the way, chère Gidouille, vivement la saison II
_______________________________________________
Hansi a écrit:
Bravo Gidouille pour le texte
Mais je m'interroge au sujet du pluriel d'étrangères: est-ce pour faire "infiltrée" ?
_______________________________________________
Cornegidouille a écrit:
Petite faute de frappe ...

_______________________________________________
Cornegidouille a écrit:
Pour Charles, je t'invite sans problème, pour le reste, j'accepte de voir à la seule condition qu'il y ait quelque chose d'exceptionnel qui me fasse définitivement oublier toutes celles que j'ai vues avant .
_______________________________________________
charlesattend a écrit:
L'odeur peut etre
_______________________________________________
Cornegidouille a écrit:
Petit joueur.....impossible,avec la chaleur et la moiteur d'ici, tu n.as aucune chance de faire mieux
_______________________________________________
Pepejul a écrit:
Moi je connais le secret de Charles pour l'avoir vu en vrai.. Petit indice on le surnomme l'Hydre....
_______________________________________________
bonbonze a écrit:
L'Hydre au carbure même...
_______________________________________________
Cornegidouille a écrit:
Son slip lui va comme un gant?
_______________________________________________
charlesattend a écrit:
clique-ici
_______________________________________________
Bastacusi a écrit:
bravo gidouille
_______________________________________________
charlesattend a écrit:
On ne dit pas "Brava Gidouille", en Corse ?
_______________________________________________
Bastacusi a écrit:
Ié o cha !



AJOUTER UN COMMENTAIRE
Votre message sera modéré avant sa mise en ligne

PSEUDO



Recopier les chiffres figurants ci dessus:

Smileys
VERS LE HAUT DE LA PAGE


Tri sélectif
Tri alphabétique
Tri par notoriété
- Afficher tout

- Gidouille légionnaire ( suite et faim )
- Ouacances d'autrui
- Gidouille légionnaire saison troize
- Gidouille légionnaire . Saison deuze
- Beurk, c'est bon
- Humeur
- Gidouille à la légion étrangères
- Annoncer une mauvaise nouvelle
- Oû y'a des gènes , y'a pas de plaisir
- La Romanée Conti
- Je veux rentrer à Brazzaville
- Indignée Je !
- L'Afrique est bonne hôtesse
- Avant de partir
- Les nègres, les pères et les mères
- Il faut appeler un chat, un chat
- Le mètre étalon
- Les huîtres du Régent

VERS LE HAUT DE LA PAGE


article lu 3548 fois.