хороший бонза из мягкой карамели!!

VERS LE BAS DE LA PAGE
C
O
R
N
E
G
U
I
D
O
U
I
L
L
E

Annoncer une mauvaise nouvelle
Cornegidouille - 10 Oct 2012

Ou comment la réalité dépasse la fiction

Nous avons tous eus, ce n'est pas Charles qui me démentira je pense, un patient( une patiente) qui vient d'apprendre une mauvaise nouvelle .
L'annonce de cette nouvelle , le plus souvent un gros crabe insidieux,ou une maladie neuro dégénérative perverse, ne fait pas toujours de la part de certains confrères l'objet de la délicatesse à laquelle on pourrait s'attendre.
Un exemple concret : monsieur Dubourgnioux s'assied en face de moi :
- docteur , pour la grosse couille que vous m'avez trouvée, le docteur specialiste y m'a dit comme ça, Mr D. Vous avez un cancer du testicule, mais le mauvais avec les métastases et tout et tout...celui qui vous foudroie vite fait bien fait , alors mettez vos affaires en ordre parce que dans 6 mois ça sera trop tard , mais vous allez voir, tout va bien se passer... Au revoir , ca fait 60€

Je ne sais pourquoi, mais j'avais toujours un petit doute quand à la relation faite par Dubourgnioux . Probablement parce que c'est un gros plouc qui est doté d'un QI en dessous des températures saisonnières alsaciennes printanières . J'avais , dis je , ce doute jusqu'à une anecdote récente que je vais vous conter, si vous êtes sages.

Il y a quelques années il me prit l'envie récurrente il est vrai chez moi, de changer de boulot. Je décidais donc de passer le diplôme interuniversitaire de soins palliatifs . Ce caprice me donna l'occasion de découvrir la charmante contrée de Bobigny et son université et j'eus le bonheur de rentrer de mon île quatre fois par an pendant deux ans, de goûter les joies du métro matinal , des brumes hivernales , des ondées printanières, et des surprises que réservent les ruelles de Bobigny au petit matin ainsi qu'à la nuit tombante . Mais ceci est une autre histoire.

J'appris entre autres choses à manipuler à merveille la morphine ses pompes et ses œuvres
, j'appris à guider les mourants vers la porte de sortie en toute légalité , j'appris la préparation de potions et recettes équivalentes du bouillon de onze heures de nos grands mères. Toutes choses m'ayant bien servi par la suite.

Mais par dessus tout , nous eûmes un chapitre intitulé : "annoncer une mauvaise nouvelle" . Je croyais être assez au point dans cet exercice toujours un peu inconfortable , je me rendis compte que j'avais des progrès à faire , mais surtout je fus impressionnée par le niveau zéro de quelques con-frères .
D'aucuns bottaient en touche " oh, moi j'annonce pas , le spé il se démerde" , "moi j'y vais franco, je me débarrasse " " moi j'y dis que tout va bien, qu'il a rien...y va bien se rendre compte tout seul que ça merde.... Y'a pas le feu ....

Rien ne vaut l'expérience personnelle concernant l'interprétation de nos paroles, de nos annonces, des explications données aux patients .il serait de salubrité de santé publique que les médecins passent obligatoirement par la case maladie merdique , colique néphrétique, algie vasculaire de la face, and so on , juste pour rire, après on retrouverait la santé vite fait bien fait , après avoir terminé notre DU de patient condamné ou hyperalgique

Mais bon, l'heure tourne , tourne et j'ai un nouveau métier ( à suivre)













PRECEDENT - SUIVANT



_______________________________________________
Pepejul a écrit:
Tu es diplomée en soins palliatif maintenant ? Tu vas pouvoir prendre en charge le ministère de l'éducation nationale alors ! =)
_______________________________________________
bonbonze a écrit:
La dernière fois que j'ai fait un sprint, on m'a accordé aussi un diplôme de "pâle et hatif"...
_______________________________________________
cornofulgur a écrit:
Je m'étonne toujours de la disparition
de cette coutume romaine qui consiste à tuer les porteurs de mauvaise nouvelles.

Parce que je nous trouve pas tellement gaulois sur ce coup-là...

Bref, notre PIB va faire 5% de croissance cette année,
si si si.
_______________________________________________
charlesattend a écrit:
Moi, s'ils me demandent si c'est grave, je leur dis
On verra ça à l'autopsie"
_______________________________________________
marsupilamie a écrit:
faut affranchir le conjoint , ou faisant office de. A la première occasion, (dîner, cocktail, etc...) il ne manquera pas de dire : " quand l'un de nous deux disparaitra, j'irai m'installer sur la côte d'azur !" C'est finement joué
_______________________________________________
Cornegidouille a écrit:
@Marsu , ma belle mère disait ça et elle est morte avant mon beau père dans d'atroces souffrances.....
_______________________________________________
marsupilamie a écrit:
@fritouille : toutes mes condoléances !
_______________________________________________
Cornegidouille a écrit:
Je m'en suis remise, t'inquiete



AJOUTER UN COMMENTAIRE
Votre message sera modéré avant sa mise en ligne

PSEUDO



Recopier les chiffres figurants ci dessus:

Smileys
VERS LE HAUT DE LA PAGE


Tri sélectif
Tri alphabétique
Tri par notoriété
- Afficher tout

- Gidouille légionnaire ( suite et faim )
- Ouacances d'autrui
- Gidouille légionnaire saison troize
- Gidouille légionnaire . Saison deuze
- Beurk, c'est bon
- Humeur
- Gidouille à la légion étrangères
- Annoncer une mauvaise nouvelle
- Oû y'a des gènes , y'a pas de plaisir
- La Romanée Conti
- Je veux rentrer à Brazzaville
- Indignée Je !
- L'Afrique est bonne hôtesse
- Avant de partir
- Les nègres, les pères et les mères
- Il faut appeler un chat, un chat
- Le mètre étalon
- Les huîtres du Régent

VERS LE HAUT DE LA PAGE


article lu 2900 fois.