Merci de votre visite. Ici, tout est gratuit, vu qu'il n'y a rien à vendre.

VERS LE BAS DE LA PAGE
A
M
E
L
I
E

Bar à tapas et Renault Espace
Ou
De l’impérieuse nécessité d’être optimiste.
Episode 3,
Suite et fin.


Certes cette journée ne fera pas partie de votre top 3 des meilleures journées du mois mais qu’importe il est 18h et vous quitter enfin votre bureau, vos dossiers, ce crétin de Pollux qui n’a pas su comprendre que vous étiez la femme de ses rêves, cet enfoiré de patron qui croit être le seul à avoir une vie privée, et cette andouille de Monique qui croit toujours que le gazpacho est un art martial thaïlandais…

Vous voilà enfin libre… de vous retrouver sous la pluie avec votre vieux parapluie, celui là même que votre Tante Sigismonde vous avait offert pour vos 20 ans et qui manque de vous crever un œil à chaque fois que vous l’ouvrez. Vous prenez donc 5 bonnes minutes pour vous débattre avec ce fichu parapluie et parvenir à l’ouvrir, le temps d’atteindre l’abribus en somme.
Réaction possible : Jeter d’un geste rageur, dans la première beine à ordure qui passe, ce parapluie déglingué avant de tuer quelqu’un.
Mon conseil : Achetez-vous un ciré jaune, surtout si vous habitez en Bretagne, sinon choisissez le bleu marine, c’est plus discret.

A peine trempée, vous prenez donc le bus de 18h12 pour vous rendre dans votre bar à tapas favori, tout près de chez vous, là où vous attendent tous vos amis.
Vous apercevez alors Charlotte, votre meilleure amie, celle avec qui vous jouiez dans le bac à sable de la crèche municipale et avec qui vous séchiez les cours de sport au collège, celle qui vous a fait découvrir Lamartine et Danielle Steel, celle avec qui vous avez remporté le concours en équipe de Téquilla frappées et macarons à la fraise au camping de la Bourboule en 1996, celle enfin qui vous a présenté Georges et qui a été vous acheter 3 pots de glace au chocolat et 5 paquets de fraises tagadas pour vous redonner goût à la vie quand Georges vous a quitté. Et là, stupeur ! Charlotte est assise aux côtés d’Henri-Pierre, riant bêtement, le regard vide planté dans les yeux de ce quadragénaire débonnaire qui roule en Renault Espace et qui attend que ses enfants passent le bac pour l’épouser.
Réaction épidermique normale : Vos poils se hérissent à la vue de ce macho grisonnant qui pense qu’il suffit de réciter du Desproges pour être à la fois drôle et philosophe tandis qu’il bafoue les nobles sentiments qu’éprouve votre meilleure amie à son égard.
Mon conseil : Donner tout de suite le ton, au risque de gâcher la soirée, en lui avouant qu’il serait bien aimable de larguer sa femme et ses 2 enfants, âgés respectivement 3 ans et 15 mois, et d’épouser votre copine afin d’alléger vos factures téléphoniques… Surtout si vous avez la dernière sur vous, où l’on voit nettement que vous avez passé plus de 17h le mois dernier à consoler Charlotte.

Heureusement Arthur est là aussi, votre meilleur ami et ancien flirt de lycée, qui passe son temps à vous présenter ses pires copains. Mais enfin c’est le geste qui compte et Arthur ne veut que votre bonheur ! Cette fois-ci il est donc venu avec Massimo, un collègue de travail qui fait les tagliatelles carbonara comme personne. Seulement voilà, si vous rêvez, comme toute femme à peu près équilibrée, de visiter Venise, Massimo n’en reste pas moins d’une laideur extrême. Après l’enfoiré affectif, le gigolo débile léger, le possessif pervers, le rêveur immature, le romantique égoïste, l’artiste violent, le suicidaire jaloux et le play-boy vulgaire, ce soir Arthur est fier de vous présenter le gentil moche !
Réaction, signe de bonne santé mentale : Rire nerveusement dés que Massimo exhibe ses 3 rangées de dents en reniflant, ce qui semble être sa façon à lui de sourire.
Mon conseil : Inventez-vous un amoureux idéal pour qu’Arthur arrête de se préoccuper de votre avenir sentimental, le prochain sur la liste étant sans doute le sportif obsédé ou l’intello ringard. Et surtout prenez en main votre bonheur, on est jamais si bien servi que par soi-même !

Enfin il y a Jeannette, une très bonne copine, actuellement en psychothérapie à raison de 4 séances par semaine pour ne pas céder aux pulsions suicidaires qui l’agitent depuis la perte de son ticket de loto gagnant de 3 millions d’euros. Votre mission, si vous l’acceptez, consiste donc à tout faire pour ne pas dépasser le quota de 2,5 crises de larmes par soirée !
Réaction envisageable quoique à éviter : Fuir devant tant de désespoir et de pessimisme et vous asseoir tout de même entre Arthur et Massimo pour que ce dernier vous raconte la Toscane et la préparation des spaghettis al pesto !.
Mon conseil : Sollicitez l’aide de monsieur Jack Daniels et commandez une bonne demi-douzaine de whisky cocas pour Jeannette afin de remplir votre mission et d’être élue meilleure amie de la soirée.

La soirée se passe ainsi entre cacahuètes grillées, recettes de cuisine, blagues à 2 balles, whisky coca, questions métaphysiques, kleenex, olives fourrées aux anchois et pensées existentielles. Et c’est alors que vous sirotez paisiblement votre huitième vodka pomme, qu’Henri-Pierre décide de quitter l’assemblée pour aller rejoindre son petit pavillon de banlieue, ses deux affreux mouflets en pré-stade œdipien et son insupportable épouse professionnelle. Adieux déchirants, crise de jalousie, larmes de crocodile, Charlotte vous fait la totale et vous vous retrouvez avec Arthur, Massimo et Jeannette, autant dire seule, à panser les blessures narcissiques de Charlotte.
Réaction possible : Passer au plan B et emmener Charlotte en boîte pour lui dégoter un ado imberbe qui lui fasse oublier Henri-Pierre, au moins cette nuit.
Mon conseil : Vous échappez discrètement du bar pendant la scène de ménage et allez crever les pneus de la Renault Espace d’Henri-Pierre. Vous basculez alors du côté obscur de la force mais l’effet de surprise est garanti ! A ce moment là, devant la consternation générale, profitez en pour faire un laïus sur la délinquance urbaine et son intolérable propension.

Finalement tous vos amis décident de rentrer chez eux en même temps qu’Henri-Pierre, histoire d’atténuer les tensions et de dissiper le malaise. Vous vous retrouvez donc privée de soirée entre amis à à peine 21h ! Déçue par la vie et la vodka pomme qui vous file mal à l’estomac, vous reprenez votre vieux parapluie et vous vous préparez à affronter cette pluie qui n’en finit pas de tomber. Vous marchez péniblement en direction de votre immeuble quand tout à coup l’inévitable se produit : Une voiture roule dans l’étang qui s’est formé le long du trottoir et vous vous retrouvez trempée des pieds jusqu’aux épaules.
Réaction humaine : Puisqu’il en fallait un, celui là va prendre pour tous les autres, depuis ce matin vous n’attendiez que ce prétexte pour soulager vos nerfs. Vous passez donc en revue tout le catalogue des injures du Capitaine Haddock en levant vers le ciel vos petits poings crispés.
Mon conseil : Injuriez le chauffard qui vous a recouvert d’une eau noirâtre encore une fois.

Et c’est alors que, dégoûtée par la nature humaine, vous voyez s’avancer vers vous un homme. Celui-ci s’arrête à votre hauteur et, alors que vous pensez déjà qu’il va vous rackettez, celui-ci vous invite aimablement à venir vous sécher et vous réchauffer dans le bar à tapas dont vous venez. Surprise devant tant de sollicitude, vous acceptez la proposition. Vous passez alors une soirée merveilleusement drôle et romantique avec l’homme qui depuis est devenu votre amoureux.
Grâce à toutes les mésaventures de votre journée vous avez rencontré un homme qui vous trouve intelligente, sensible et séduisante. Un homme qui aime votre rire et vos tâches de rousseur, vos poèmes et votre façon d’imiter La Callas. Un homme qui vous apporte votre petit déjeuner au lit les dimanches quant il pleut, qui vous offre des fleurs en papier et des chocolats et qui, malgré vos défauts, veut vivre avec vous.
Bref, un homme qui vous aime.

La morale de cette histoire c’est l’impérieuse nécessité dans laquelle nous nous trouvons tous de rester optimiste et de trouver un bon côté aux évènements quoiqu’il advienne, car le meilleur arrive aussi lorsqu’on croit vivre le pire et le bonheur peut surgir de nulle part à tout instant ...

FIN

Amélie.


PRECEDENT -



_______________________________________________
djoul\' à écrit:
bon bon bon!!!!!!!!! c pas tout ca mais QUAND EST CE QU AMELIE REPREND LA PLUME???? je suis en manque de ses histoires moi!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
_______________________________________________
anonymous (dégonflé !) à écrit:
et si il ne pleut jamais?
_______________________________________________
Mr X à écrit:
Ah la belle histoire que voila
_______________________________________________
margo a écrit:
espérons que vous dites vrai ! merci pour votre histoire, c'est drôle et bien écrit
_______________________________________________
pepejul a écrit:
C'est quand même la crise...
_______________________________________________
Cornegidouille a écrit:
Et le cours des œufs est au plus bas .......



AJOUTER UN COMMENTAIRE
Votre message sera modéré avant sa mise en ligne

PSEUDO



Recopier les chiffres figurants ci dessus:

Smileys
VERS LE HAUT DE LA PAGE


Tri sélectif
Tri alphabétique
Tri par notoriété
- Afficher tout

- Bar à tapas et Renault Espace
- Cors aux pieds et épinards à la crème
- Chanteur mort et tartines beurrées
- Salut à tous,

VERS LE HAUT DE LA PAGE


article lu 11876 fois.